+26
°
C
Max:+29
Min:+19
Mar.
Mer.
Jeu.
Ven.

« L’ancien président zambien Kenneth Kaunda est décédé paisiblement jeudi d’une pneumonie dans un hôpital militaire où l’homme de 97 ans était soigné depuis lundi », c’est ce qu’a annoncé officiellement la famille le 17 juin dernier. Le gouvernement a déclaré 21 jours de deuil national avec drapeaux en berne et suspension de toutes les formes de divertissement. Seulement, le gouvernement d’Edgar Lungu désormais dans une situation pour le moins gênante alors que la famille de l’ancien président s’oppose à l’Etat sur le lieu de son inhumation.

La famille de Kenneth Kaunda saisit la justice

Président de la Zambie de 1964 à 1991, Kenneth Kaunda, décédé à l’âge de 97 ans, était connu selon les historiens africains comme « l’un des dirigeants africains les plus humains et idéalistes de l’ère post-indépendance », il était surnommé le “Gandhi de l’Afrique“. “. Le président Kaunda a joué un rôle notable en tant que leader des « États de première ligne » dans la longue confrontation entre l’Afrique noire indépendante et le sud du continent dominé par les blancs. Et en raison de ce puissant héritage, l’État de Zambie a décidé d’enterrer le président à Embassy Park, un site commémoratif national officiel et un cimetière présidentiel. L’inhumation doit avoir lieu mercredi.

Seulement selon la famille de l’homme d’état défunt, la dernière volonté de Kenneth Kaunda aurait été de se voir inhumer aux côtés de son épouse dans le caveau familial. Les petits enfants du défunt selon la presse locale ont d’abord sollicité l’intervention du président en exercice, Edgar Lungu. Dans une lettre adressée au président, le 23 juin dernier, la famille avait demandé «  humblement au gouvernement de reconsidérer sa décision de l’enterrer à Embassy Park et d’honorer ce qui était son seul dernier souhait, être enterré à côté de sa chère épouse dans sa résidence ».

Mais devant le silence du président, la famille a décidé de saisir un tribunal pour tenter d’empêcher son enterrement à l’Embassy Park.  Le gouvernement jusqu’ici n’avait fait aucune déclaration dans ce sens, et la procédure judiciaire engagée avait peu de chances d’aboutir avant son inhumation. Mais les enfants pourraient ne pas en rester là, puisqu’ils avaient déjà prévenus dans leur lettre, être disposés à aller jusqu’à l’extrémité de faire exhumer les restes du président Kaunda, pour le faire reposer chez lui aux côtés de son épouse, Mama Betty Mutinkhe Kaunda.