+26
°
C
Max:+29
Min:+19
Mar.
Mer.
Jeu.
Ven.

Le chef de l’Eglise catholique a nommé pour la première fois, une femme au poste de numéro deux du gouvernorat de la Cité du Vatican, faisant d’elle la femme la mieux classée dans le plus petit État du monde. La nomination jeudi de la Sœur Raffaella Petrini, une religieuse italienne de 52 ans, est la dernière en date dans laquelle le pape argentin a placé une femme dans un rôle de leadership.

Le nouveau poste de la sœur, de secrétaire général du gouvernorat de l’État de la Cité du Vatican est comparable à celui d’adjoint au gouverneur d’un État ou à l’adjoint au maire d’une ville. Le gouvernorat, basé dans un grand palais au milieu de la Cité du Vatican, supervise plus de 2 000 employés. La nomination de la sœur Petrini, diplômée de la LUISS, une prestigieuse université de commerce italienne, marque la dernière tentative du pape de tenir les promesses d’améliorer l’équilibre entre les sexes faites il y a des années.

D’autres postes occupés par des femmes

Le gouvernorat supervise le fonctionnement quotidien de la Cité du Vatican, y compris les services tels que la police, les pompiers, les services de santé, les musées, l’entretien et le personnel de bureau. L’ancien titulaire du poste de secrétaire général est un évêque. Il occupe désormais la présidence, le poste le plus élevé. Un certain nombre d’autres femmes occupent déjà des postes de numéro deux dans les départements du Vatican, mais elles s’occupent de questions religieuses et sociales et ont des effectifs beaucoup plus réduits.

En août, le pape François a nommé la religieuse italienne Sœur Alessandra Smerilli au poste de secrétaire par intérim du bureau du développement du Vatican, qui s’occupe des questions de justice et de paix. En février, il avait nommé Nathalie Becquart, membre française des sœurs missionnaires Xavière, sous-secrétaire du Synode des évêques, un département qui prépare les grandes réunions des évêques du monde qui se tiennent tous les quelques années.