+26
°
C
Max:+29
Min:+19
Mar.
Mer.
Jeu.
Ven.

Une étude révèle le rôle de la mondialisation et des zoonoses dans la propagation des variants du SRAS-CoV-2

Différentes vagues épidémiques sont provoquées par différents variants du SRAS-CoV-2. Les principales sources de ces variants peuvent traverser les frontières et exister dans les réservoirs animaux, selon un article.

Publié cette semaine sur News Medical, un site d’informations médicales et scientifiques en libre accès, l’article a montré qu’une courbe en forme de cloche, typique d’une infection respiratoire virale saisonnière, a été observée en Asie. En comparaison, celle enregistrée dans les pays occidentaux présentait un ou deux pics.

Citant une étude récente publiée sur medRxiv, une entité de préimpression médicale en ligne, il a révélé le rôle de la mondialisation et des zoonoses dans l’émergence et la propagation des variantes du SRAS-CoV-2.

Les résultats de l’étude actuelle indiquent que les pays isolés géographiquement ou politiquement n’ont été confrontés qu’à un seul épisode épidémique et ont donc présenté une seule courbe en forme de cloche. Alors qu’en Europe et aux Etats-Unis, on a constaté que plusieurs épidémies se sont succédées, impliquant différents variants viraux.

Elle a également trouvé que le rôle des épizooties dans les troupeaux d’animaux n’était pas pris en compte dans la génération de nouveaux variants du SRAS-CoV-2 et leur transmission à l’homme. Les visons ont joué un rôle majeur dans l’expansion de la pandémie.

Ainsi, un contrôle efficace des frontières et une surveillance régulière des élevages peuvent contribuer à réduire l’incidence de nouveaux variants du SRAS-CoV-2 et l’apparition de nouvelles épidémies, ont conclu les auteurs dans l’article.