+26
°
C
Max:+29
Min:+19
Mar.
Mer.
Jeu.
Ven.

Le judoka algérien Fethi Nourine a déclaré que sa carrière de judo n’était pas terminée, bien qu’il ait été renvoyé chez lui par le Comité olympique algérien après avoir refusé d’affronter l’Israélien Tohar Butbul à Tokyo 2020.

Nourine et son entraîneur, Amar Benikhlef, ont déclaré aux médias algériens qu’ils boycottaient Butbul pour soutenir la cause palestinienne.

« La réaction de la délégation algérienne était compréhensible, ils ont subi de fortes pressions de la part du Comité international olympique pour suspendre toute la délégation. Certains d’entre eux m’ont critiqué, mais cela m’a rendu d’autant plus déterminé que je comprends bien la question », dit Nourine.

La Fédération internationale de judo a suspendu les deux hommes et a déclaré qu’ils pourraient faire face à de nouvelles sanctions, mais Nourine reste impénitent.

« Je resterai fidèle à mes droits et défendrai mes convictions. Je ne serai pas vaincu », a-t-il déclaré à la SNTV.

Tokyo 2020 marquait la deuxième fois en deux ans que Nourine, neuvième, se retirait d’une grande compétition de judo plutôt que d’affronter Butbul, sixième.