+26
°
C
Max:+29
Min:+19
Mar.
Mer.
Jeu.
Ven.

Somalie-Présidentielle: La seule femme candidate déclare qu’il est temps pour les femmes de diriger la nation

Les principaux dirigeants somaliens, tous des hommes, s’efforcent depuis des années de maîtriser l’insécurité et la corruption dans ce pays de la Corne de l’Afrique.

Le législateur Fawzia Yusuf Haji Adam affirme qu’il est temps de laisser la place aux femmes et a annoncé mardi sa candidature à la présidence. Mais obtenir un soutien suffisant de la part des législateurs somaliens, en grande majorité des hommes, sera un défi.

Fawzia affirme qu’elle apportera un nouveau souffle au pays, si elle est élue, en donnant la priorité à la sécurité, à l’émancipation économique et à l’éducation. Ses homologues masculins, dit-elle, n’ont pas réussi à le faire.

« Nous attendons depuis si longtemps que les hommes règlent les problèmes de la Somalie, mais jusqu’à aujourd’hui, nous voyons qu’il n’y a pas de solutions. J’ai donc décidé de me présenter à la présidence et je ne doute pas que je ferai un bien meilleur travail que les hommes », a déclaré Fawzia. « L’islam n’empêche pas les femmes de faire de la politique ou de devenir chef d’État ou d’occuper des postes plus élevés. Si vous allez au Bangladesh, depuis 50 ans, presque toutes les femmes dirigeantes se remplacent les unes les autres et c’est le pays le plus conservateur du monde musulman. Le pays le plus peuplé est l’Indonésie, où une femme était à la tête de l’État. Au Pakistan, nous avons beaucoup d’autres femmes musulmanes [à la tête de l’État], notamment en Tanzanie et à Singapour », a-t-elle ajouté.

Les élections indirectes en Somalie, prévues en octobre, verront les membres du parlement sélectionnés par des délégués de clan. Les membres du parlement décideront ensuite qui sera le prochain président.

Certains citoyens, comme Abdirahman Omar à Mogadiscio, pensent que si on lui en donne l’occasion, Fawzia, ancienne vice-première ministre et ministre des affaires étrangères, peut apporter le changement.

Il déclare : « Je suis heureux d’accueillir une femme qui se présente à la présidence de la Somalie. Il ajoute que Mme Fawzia a été testée et qu’elle possède les connaissances et la vision nécessaires pour diriger. « De même, les femmes se sont vu confier divers postes et si elles sont élues à la présidence, elles apporteront des changements positifs », a-t-il ajouté.

La Somalie est une nation musulmane aux traditions conservatrices qui font qu’une majorité de ses citoyens rejettent le leadership féminin.

Omar Hussein fait partie de ceux qui pensent selon les lignes traditionnelles. Il affirme qu’il ne soutient pas l’idée qu’une femme puisse briguer un poste de direction en Somalie. La culture somalienne ainsi que les traditions islamiques interdisent aux femmes d’occuper des postes aussi élevés et comportant d’immenses responsabilités, a-t-il ajouté.

L’analyste Anwar Abdifatah, chargé de cours à l’Université nationale de Somalie, estime qu’il n’est pas impossible pour Fawzia de remporter l’élection présidentielle au Parlement, mais qu’elle devra surmonter des traditions de longue date.

« C’est la maturité démocratique de voir des femmes briguer la tête de l’État en Somalie, compte tenu du soutien des 30 % de femmes parlementaires attendues et du peu d’hommes favorables à une nouvelle direction. Toutefois, malgré ses ambitions, Mme Fawzia devra faire face à un défi de taille en raison de la forte culture islamique et somalienne profondément enracinée qui considère les hommes comme les seuls gardiens du pouvoir », a déclaré M. Abdifatah.

Les élections présidentielles et parlementaires somaliennes ont été retardées l’année dernière à la suite de désaccords entre les dirigeants politiques sur le processus. Les législateurs ont brièvement prolongé le mandat du président Mohamed Abdullahi Farmajo, avant de retirer cette prolongation face à l’opposition internationale et somalienne.