+26
°
C
Max:+29
Min:+19
Mar.
Mer.
Jeu.
Ven.

OIM: Solidarité internationale pour les personnes forcées de fuir le conflit au Tigré

Les communautés affectées et déracinées par le conflit en cours au Tigré continuent de subir des niveaux de souffrance dévastateurs. Les agences humanitaires ont un besoin urgent de ressources accrues pour atteindre ceux qui ont désespérément besoin de secours.

Región de Tigray, Etiopía. Photo : OIM/Kaye Viray

Selon la matrice de suivi des déplacements (DTM) de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), plus de 1,7 million de personnes ont été déplacées et des centaines de milliers ont un besoin urgent d’assistance.

« Nous faisons écho à l’appel du Secrétaire général à la communauté internationale : nous devons agir maintenant pour sauver des vies et éviter une catastrophe », a déclaré le Directeur général de l’OIM, António Vitorino.

« L’OIM s’est engagée à trouver des solutions pour atteindre les plus vulnérables en premier, mais nous avons besoin d’engagements financiers plus importants de la part des donateurs pour éviter des souffrances à grande échelle », a ajouté Vitorino.

L’accès accru aux zones touchées a permis aux humanitaires d’atteindre certaines des personnes qui en ont le plus besoin, mais des centaines de milliers de personnes ont toujours besoin d’aide.

Depuis que le conflit a éclaté en novembre 2020, l’OIM a aidé près de 500 000 personnes déplacées à l’intérieur du pays (PDI) dans le Tigré et dans les régions voisines avec de l’eau, des produits d’hygiène de base, des abris, des soins de santé mentale et un soutien psychosocial, entre autres services.

L’OIM a déployé 78 membres du personnel, dont la majorité travaillent au Tigré.

L’Organisation joue un rôle de leadership dans des secteurs humanitaires clés au Tigré – abris/articles non alimentaires (NFI) et coordination et gestion des camps (CCCM) – et travaille en étroite collaboration avec des partenaires humanitaires et gouvernementaux pour coordonner les services. Le DTM de l’OIM éclaire également la réponse globale en suivant les taux de déplacement et en rendant compte des besoins humanitaires.

« Des centaines de milliers de personnes vivent dans des conditions désastreuses », a déclaré la chef de mission de l’OIM en Éthiopie, Maureen Achieng, alors qu’elle visitait une école primaire à Mekele qui accueille actuellement 2 000 personnes déplacées.

Beaucoup de ces personnes – parmi lesquelles des enfants et des personnes âgées – dorment dehors, dans des écoles surpeuplées comme celle-ci, des sites de fortune ou les maisons des membres de la communauté d’accueil locale. Personne ne devrait avoir à vivre comme ça. Nous pouvons et devons faire mieux.”

L’OIM a lancé un appel de 111 millions de dollars pour sa réponse mais n’a jusqu’à présent reçu que 30 millions de dollars. Si la totalité des fonds de l’appel est reçue, l’OIM sera en mesure de fournir une aide à au moins 1 million de personnes dans le besoin.