+26
°
C
Max:+29
Min:+19
Mar.
Mer.
Jeu.
Ven.

Le prix Goncourt 2021 a été décerné à Mohamed Mbougar Sarr, écrivain sénégalais âgé de 31 ans. Il est le plus jeune lauréat du siècle.

Une consécration à seulement 31 ans : Mohamed Mbougar Sarr est donc le prix Goncourt 2021. Ce mercredi 3 novembre, le jury a tranché par six voix, dès le premier tour. Le romancier sénégalais, auteur de La plus secrète mémoire des hommes, était l’un des plus grands favoris de cette édition 2021 du Prix Goncourt ; il succède donc à Hervé Le Tellier et à L’Anomalie. Un déjeuner chez Drouant a suivi la remise du prestigieux prix à l’écrivain. Il est à noter que c’est la première fois de l’histoire du Prix Goncourt qu’un écrivain d’origine sud-saharienne est récompensée.

L’Académie Goncourt lui ayant décerné ce prix était présidée par Didier Decoin et se composait d’Eric-Emmanuel Schmitt, de Pascal Bruckner, de Paule Constant, de Patrick Rambaud, de Tahar Ben Jelloun, de Camille Laurens, de Françoise Chandernagor, de Philippe Claudel et de Pierre Assouline. Mohamed Mbougar Sarr a réagi au micro de BFMTV, manifestement ému d’avoir reçu la plus haute distinction littéraire de langue française.
Mohamed Mbougar Sarr, prix Goncourt 2021: “en littérature, on peut arriver très jeune à 67 ans, ou à 25 ou 30 ans et pourtant faire très ancien”.

Qui est Mohamed Mbougar Sarr ?
Avec La plus secrète mémoire des hommes (2021), Mohamed Mbougar Sarr complète la liste des sujets difficiles, voire tabous, qu’il choisit comme cœur de ses romans, de la violence islamique à la vie tragique des migrants et de l’homosexualité à la colonisation. Né à 1990 à Dakar (Sénégal), Mohamed Mbougar Sarr, fils d’un médecin et d’une mère au foyer, grandit au sein d’une famille nombreuse dont il est l’aîné, à Diourbel, à 150 kilomètres de Dakar. Le milieu favorisé dans lequel il évolue lui permet, dans un premier temps, de s’orienter vers des études militaires. Cependant, après le lycée, il se tourne vers une classe préparatoire et rejoint le lycée Pierre-d’Ailly de Compiègne (Hauts-de-France). Il intègre ensuite l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS).

Dès son entrée dans l’école de formation à la recherche, il prend la plume, qu’il ne lâchera plus. Âgé de seulement 24 ans, il publie Terre ceinte (Présence africaine), roman traitant de la vie d’une petite ville sahélienne fictive sous la coupe de milices djihadistes et de deux jeunes amants exécutés par la police islamique. Cette première œuvre recevra le prix Ahmadou-Kourouma, prix littéraire suisse décerné par le Salon international du livre et de la presse.

Le Grand prix du roman métis, qui récompense un roman francophone publié depuis moins d’un an et soulignant les valeurs du métissage, de la diversité et de l’humanisme, lui sera également décerné. En 2017, Silence de chœur suivra, dressant le portrait du quotidien de migrants africains en Sicile : il recevra le prix Littérature monde du festival Etonnants Voyageurs de Saint-Malo et le Prix du roman métis de la ville de Saint-Denis, en 2018. La même année, De purs hommes, enquête fictive sur la mort d’un homme homosexuel à Dakar questionnant l’homophobie et l’intolérance au Sénégal, est publié.