+26
°
C
Max:+29
Min:+19
Mar.
Mer.
Jeu.
Ven.

De nouvelles accusations ont été déposées par les autorités gouvernementales contre le leader acquitté du Mouvement islamique au Nigeria (IMN), Sheikh Ibraheem Yakubu El-Zakzaky, et son épouse Zeehah.

Ces accusations interviennent à peine deux jours après qu’une Haute Cour de Kaduna a relaxé et acquitté le leader chiite. Selon l’accusation, les nouveaux chefs d’accusation relèveraient du terrorisme et de la trahison.

Dari Bayero, le directeur du ministère public de l’État de Kaduna, a déclaré qu’il n’était pas d’accord avec le raisonnement et la conclusion de la Haute Cour. Tout en affirmant que le gouvernement de l’État de Kaduna ira plus loin dans l’affaire Zakzaky, Dari a souligné que le jugement de la cour ne correspond pas aux faits sur le terrain.

L’accusation a ajouté que certaines des actions du leader chiite sur lesquelles il est accusé de nouvelles allégations datent d’avant 2015.

El-Zakzaky et sa femme, qui a également été arrêtée en 2015, faisaient face à une série d’accusations déposées par le gouvernement de l’État en 2018, notamment pour complicité d’homicide, rassemblement illégal et perturbation de la paix publique.

Son maintien en détention avait entraîné des manifestations de rue à Abuja, la capitale du Nigeria, déclenchant de violents affrontements avec les forces de sécurité qui ont fait des dizaines de morts.

Le gouvernement nigérian a officiellement mis hors la loi le groupe chiite en 2019.