+26
°
C
Max:+29
Min:+19
Mar.
Mer.
Jeu.
Ven.

Niger : formé par les États-Unis, le leader du coup d’État veut mettre fin à la coopération militaire avec la France

Le chef de la nouvelle junte militaire du Niger s’est engagé à défier toute tentative de rétablissement au pouvoir de l’ancien président.

Source : Truthout, Amy Goodman
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Mercredi dernier, des officiers militaires nigériens ont annoncé qu’ils avaient renversé le président Mohamed Bazoum, un proche allié des États-Unis et de la France. La CEDEAO, alliance économique de 15 pays d’Afrique de l’Ouest, a menacé de prendre des mesures militaires si le coup d’État n’était pas annulé d’ici dimanche (6 août). Le chef de la nouvelle junte militaire nigérienne a juré de défier toute tentative de rétablir l’ancien président au pouvoir, tandis que le Burkina Faso, le Mali et la Guinée – tous, comme le Niger, d’anciennes colonies françaises qui ont subi des coups d’État militaires au cours des trois dernières années – ont mis en garde contre toute intervention étrangère au Niger.

Entre-temps, les nouveaux dirigeants du Niger ont annoncé que le pays mettrait fin à la coopération militaire avec la France, dont la présence envahissante dans son ancienne colonie est une source majeure de ressentiment dans ce pays riche en ressources, mais toujours frappé par la pauvreté. Nous nous entretenons avec Nick Turse, journaliste d’investigation et collaborateur de The Intercept. Il a récemment révélé que l’un des chefs du coup d’État au Niger, le général de brigade Moussa Salaou Barmou, avait été formé par l’armée américaine, tout comme les chefs de près d’une douzaine d’autres coups d’État en Afrique de l’Ouest depuis 2008. Nous nous entretenons également avec Olayinka Ajala, maître de conférences en politique et relations internationales à l’université Leeds Beckett, qui affirme que le Niger et ses voisins doivent agir avec prudence afin d’éviter un conflit militaire « très sanglant ».

Transcription

Ce texte est une transcrption brute. Il n’est peut-être pas dans sa forme définitive.

Amy Goodman : Ici Democracy Now ! democracynow.org, The War and Peace Report. Je suis Amy Goodman, nous nous tournons vers le Niger, une semaine après le coup d’État militaire qui a chassé le président Mohamed Bazoum. Le chef de la nouvelle junte militaire du Niger s’est engagé à défier toute tentative de rétablissement au pouvoir du président déchu. La CEDEAO, un bloc de pays d’Afrique de l’Ouest, a menacé de prendre des mesures militaires si le coup d’État n’est pas annulé d’ici dimanche. C’est le 6 août. Entre-temps, les dirigeants du Burkina Faso, du Mali et de la Guinée ont tous mis en garde contre une intervention étrangère au Niger.

Jeudi, le président Biden a fait sa première déclaration sur la crise, en disant, je cite : « Je demande que le président Bazoum et sa famille soient immédiatement libérés, et que la démocratie durement gagnée du Niger soit préservée. »

Bazoum est un proche allié des États-Unis et de la France. Les États-Unis ont plus d’un millier de soldats au Niger, où ils disposent également d’une importante base de drones. Plus tôt dans la journée, les nouveaux dirigeants du Niger ont annoncé qu’ils mettraient fin à la coopération militaire avec la France, qui a gouverné le Niger jusqu’en 1960.

Jeudi, des milliers de partisans du coup d’État se sont rassemblés pour dénoncer les sanctions internationales imposées au Niger, qui est l’un des pays les plus pauvres du monde bien qu’il soit l’un des principaux exportateurs d’uranium.

Partisan du coup d’Etat : (traduction) Les gens arrivent. Le peuple vient. Et nous allons manifester à tous les pays de la CEDEAO et à tous ceux qui prennent des mesures impopulaires et inhumaines contre le Niger, qui est en train de se libérer du joug de la colonisation.

Amy Goodman : Nous sommes maintenant rejoints par deux invités. Olayinka Ajala est maître de conférences en politique et relations internationales à l’université Leeds Beckett. Son nouvel article pour The Conversation s’intitule « Qu’est-ce qui a provoqué le coup d’État au Niger ? Un expert souligne trois facteurs déterminants ». Il nous rejoint depuis Glasgow, en Écosse. Dans le New Jersey, nous recevons Nick Turse, journaliste d’investigation, collaborateur de The Intercept, qui a récemment révélé que l’un des chefs du coup d’État au Niger, le général de brigade Moussa Salaou Barmou, a été formé par l’armée américaine et a récemment rencontré le chef du commandement des opérations spéciales de l’armée américaine, le général de corps d’armée Jonathan Braga, à la base de drones américaine au Niger. Des officiers africains formés par l’armée américaine ont pris part à 11 coups d’État en Afrique de l’Ouest depuis 2008.

Nous allons commencer par là, Nick Turse. Pouvez-vous nous expliquer ce qui s’est passé la semaine dernière, et en particulier le lien entre les États-Unis et les putschistes ?

Nick Turse : Oui. Merci beaucoup de m’avoir invité, Amy.

Vous savez, comme vous l’avez dit, les États-Unis ont formé un certain nombre de chefs de coup d’État en Afrique de l’Ouest au cours des dernières années. Cela fait partie de la stratégie de sécurité des États-Unis. Je veux dire qu’ils ont inondé cette région, le Sahel ouest-africain, d’une énorme quantité d’aide à la sécurité, en fait, depuis le 11 Septembre [2001]. Ils ont déversé dans la région des sommes considérables au titre de l’assistance à la sécurité. Ils ont construit une pléthore de petits avant-postes américains. Vous avez mentionné l’un d’entre eux, la base de drones américains à Agadez. Vous savez, ils ont bâti des armées dans la région au détriment du développement des institutions civiles et de la société civile.

Et ce paradigme de l’assistance à la sécurité et de la lutte contre le terrorisme des États-Unis n’a pas vraiment été couronné de succès au cours de cette période. En 2002 et 2003, lorsque l’assistance sécuritaire au Niger a commencé, le département d’État n’a recensé que neuf attaques terroristes en Afrique subsaharienne. L’année dernière, rien qu’au Niger et chez ses voisins, le Burkina Faso et le Mali, le Pentagone en a dénombré plus de 2 700. Il s’agit donc d’une augmentation de l’ordre de 30 000 %. Il y a donc eu une énorme quantité d’aide à la sécurité dans la région, mais les mesures ont toutes été prises dans le mauvais sens.

Amy Goodman : Olayinka Ajala, pouvez-vous nous parler de l’importance de ce lien avec les États-Unis ? D’une part, le président Biden a déclaré qu’il voulait que la démocratie soit assurée, bien qu’il n’ait pas dit, ce qui est intéressant, que Bazoum devait être rétabli. Il a simplement dit que la famille devait être protégée et que la démocratie devait être préservée. Mais d’un autre côté, le président Biden dit qu’il veut que la démocratie soit assurée. Mais quelle est l’importance du lien avec les États-Unis et la France, et le fait que ceux qui sont impliqués dans le coup d’État le présentent comme une démarche anticolonialiste ?

Olayinka Ajala : Oui, absolument. Les États-Unis et la France ont des intérêts militaires et économiques importants dans ce pays. Vous avez mentionné le fait que le Niger est le septième producteur d’uranium au monde. Et la plupart de ces ressources minérales et naturelles sont exploitées par des entreprises françaises. Les citoyens du pays voient donc de nombreuses installations militaires, la base de drones d’Agadez, de nombreuses formations militaires dans tout le pays, sans qu’il y ait de croissance économique substantielle. C’est l’une des raisons pour lesquelles nous avons assisté à d’importantes manifestations de soutien. Le rôle des États-Unis et de la France est donc l’une des raisons, surtout en ce qui concerne l’absence de développement économique. Mais l’augmentation du développement militaire et [inaudible] est l’une des raisons pour lesquelles tous les citoyens se révoltent et soutiennent ce coup d’État.

Amy Goodman : Pouvez-vous nous parler de ceux qui descendent dans la rue et du lien entre les États-Unis et la Russie ? Certains sont sortis dans les rues après le coup d’État en criant « Poutine ! Poutine ! » Mais qui sort et qui reste chez soi ?

Olayinka Ajala : En parlant avec des gens sur le terrain au Niger, c’est presque moitié-moitié. Mais beaucoup de partisans et d’amoureux de la démocratie ont peur de sortir à cause de la forte présence militaire, surtout à Niamey. Ce que j’entends sur le terrain, c’est que les gens qui soutiennent le mouvement ou la junte militaire sont presque à égalité avec ceux qui sont contre. Mais la plupart des personnes que nous avons vues manifester sont celles qui soutiennent le mouvement. C’est donc assez délicat. Il ne faut pas se laisser tromper par les vidéos des manifestations que nous avons vues. Un grand nombre de Nigériens sont toujours en faveur de la démocratie.

Amy Goodman : Nick Turse, parlez de la formation de la CEDEAO, de qui s’agit-il ? Ils menacent de… je ne sais pas si c’est pour aller au Niger, ils ont dit, pour restaurer le président. Entre-temps, les dirigeants du Burkina Faso, du Mali et de la Guinée ont tous mis en garde contre une intervention étrangère au Niger pour renverser le coup d’État. Au cours du week-end, le dirigeant intérimaire du Burkina Faso, Ibrahim Traoré, qui a pris le pouvoir par un coup d’État en septembre, a fait la une des journaux internationaux pour les remarques qu’il a faites à Moscou lors du sommet russo-africain. Il a critiqué ce qu’il a appelé le « néocolonialisme impérialiste. »

Ibrahim Traoré : Les questions que ma génération se pose sont les suivantes, si je peux les résumer. C’est que nous ne comprenons pas comment l’Afrique, avec tant de richesses sur notre sol, avec une nature généreuse, de l’eau, du soleil et de l’abondance, comment se fait-il que l’Afrique soit aujourd’hui le continent le plus pauvre. L’Afrique est un continent qui a faim. Et comment se fait-il qu’il y ait des chefs d’État qui mendient partout dans le monde ? Telles sont les questions que nous nous posons, et nous n’avons pas de réponse à ce jour.

Nous avons la possibilité de nouer de nouvelles relations, et j’espère que ces relations seront les meilleures pour offrir à nos peuples un avenir meilleur.

Ma génération me demande aussi de dire qu’à cause de cette pauvreté, ils sont obligés de traverser l’océan pour essayer d’atteindre l’Europe. Ils meurent dans l’océan. Mais bientôt, ils n’auront plus à traverser, parce qu’ils viendront dans nos palais chercher leur pain quotidien.

En ce qui concerne le Burkina Faso aujourd’hui, nous sommes confrontés depuis plus de huit ans à la forme la plus barbare et la plus violente du néocolonialisme impérialiste. L’esclavage continue de s’imposer à nous. Nos prédécesseurs nous ont appris une chose : un esclave qui ne peut assumer sa propre révolte ne mérite pas d’être plaint. Nous ne nous apitoyons pas sur notre sort. Nous ne demandons à personne de s’apitoyer sur notre sort. Le peuple burkinabé a décidé de se battre, de lutter contre le terrorisme, pour relancer son développement.

Amy Goodman : Il s’agit du dirigeant intérimaire du Burkina Faso, Ibrahim Traoré, qui porte en fait un chapeau, en référence au précédent dirigeant du Burkina Faso, Thomas Sankara, qui a été assassiné. Mais, Nick Turse, si vous pouvez parler de ce qu’il dit dans le… Il est également intéressant de noter que cela s’est produit lors du sommet Russie-Afrique à Saint-Pétersbourg, auquel Poutine a pris la parole. Beaucoup moins de dirigeants africains sont venus que la dernière fois.

Nick Turse : C’est exact. Vous savez, j’ai parlé avec quelques sources au Burkina Faso ces deux derniers jours. J’y ai réalisé des reportages importants au cours des dernières années. Certains m’ont dit que ce discours avait eu une grande résonance, que l’aspect anticolonialiste avait eu un grand impact sur les gens. Ils ont trouvé que c’était un discours très fort. La résistance au néocolonialisme français, au passé colonial français, est très forte dans ce pays.

J’ai également entendu des gens dire qu’ils considéraient que la situation au Burkina se détériorait considérablement en termes de violence terroriste, d’augmentation des enlèvements et de répression de la liberté d’expression et de la liberté de la presse. Il y a donc ces deux choses qui se passent là-bas. Vous savez, il y a ceux qui soutiennent vraiment le gouvernement et qui pensent qu’il y a plus de choses derrière ce type de rhétorique, et puis d’autres qui disent que c’est un écran de fumée, et que cela ne fait qu’asseoir le pouvoir d’une junte militaire qui n’est pas vraiment intéressée par la lutte contre le colonialisme, le néocolonialisme, mais plus intéressée à asseoir son propre pouvoir et à utiliser cette rhétorique pour son propre bénéfice.

Amy Goodman : Donc, si vous pouvez parler davantage de la formation des dirigeants africains par les États-Unis, parler davantage du secrétaire d’État Blinken qui vient de visiter le Niger, et de l’importance de cette base de drones, où elle est utilisée, celle du Niger, comment les États-Unis l’utilisent-ils comme une rampe de lancement dans le monde ?

Nick Turse : Oui. La base aérienne 201 est située à Agadez, dans le centre-nord du pays. C’est vraiment le pivot des avant-postes militaires américains, qui ont proliféré ces dernières années en Afrique de l’Ouest. C’est un centre de surveillance. Il est utilisé pour des activités antiterroristes. Comme vous l’avez dit, des drones sont lancés à partir d’ici, y compris des drones armés, les MQ-9 Reaper. Il s’agit donc d’une base d’une importance exceptionnelle. Sa construction a coûté plus de 110 millions de dollars et son entretien coûte chaque année entre 20 et 30 millions de dollars. Il s’agit donc d’une installation importante.

Le Commandement des États-Unis pour l’Afrique, l’organisation militaire qui chapeaute l’activité militaire américaine sur le continent, affirme souvent qu’il ne s’agit pas de bases américaines, que les États-Unis n’ont pas de bases en Afrique en dehors du Camp Lemonnier à Djibouti. Je suis allé à la base aérienne 201. On ne m’a pas laissé rentrer à l’intérieur de la base, mais je me suis rendu jusqu’à ses portes et je l’ai observée depuis le sol et depuis les airs. Il s’agit d’une base militaire importante. Il n’y a pas d’autre mot pour la décrire.

Et je pense que les États-Unis font maintenant tout ce qu’ils peuvent pour s’assurer qu’ils peuvent poursuivre leurs opérations là-bas. Vous savez, vous avez mentionné le secrétaire d’État Blinken. Lui et le département d’État dans son ensemble ont essayé de ne pas qualifier cette affaire de coup d’État, alors qu’il s’agit manifestement d’un coup d’État. Mais je pense qu’ils veulent garder leurs options ouvertes. Vous savez, une fois qu’un coup d’État est déclaré, les États-Unis sont censés mettre fin à la plupart de leur assistance en matière de sécurité. Il existe des moyens de contourner cette règle. Il y a des échappatoires. J’ai récemment rapporté que dans le Mali voisin, où se trouve une junte dirigée par les États-Unis, l’aide à la sécurité continue de couler au compte-gouttes. Les États-Unis trouvent un moyen lorsqu’ils en ont besoin. Mais le Niger est tellement au cœur du paradigme de la lutte contre le terrorisme et des intérêts de sécurité dans cette région que je pense qu’ils feront tout ce qu’ils peuvent pour maintenir la base aérienne 201 en activité et autant de présence militaire américaine que possible.

Amy Goodman : Olayinka Ajala, il est intéressant de noter que ce sont la Guinée, le Burkina Faso et le Mali qui mettent en garde contre une intervention militaire de la CEDEAO. La CEDEAO ne s’est pas exprimée dans tous ces cas de coups d’État. Pensez-vous que cela a encouragé la junte nigérienne à prendre le pouvoir ? Et à quoi ressemblerait une intervention de la CEDEAO ? Et si vous pouviez parler de la façon dont la CEDEAO est perçue, l’alliance militaire africaine, en Afrique ?

Olayinka Ajala : Absolument. C’est ce que j’ai mentionné dans l’article que j’ai écrit en début de semaine, où j’ai déclaré que l’une des raisons de ce coup d’État était que la CEDEAO n’avait rien fait de significatif pour dissuader d’autres pays de… les militaires d’autres pays de prendre le pouvoir. Ainsi, lorsque les coups d’État au Burkina Faso, en Guinée et au Mali se sont produits, quelques sanctions ont été prises à l’encontre du régime militaire, mais rien d’autre n’a été fait.

Il convient toutefois de replacer les choses dans leur contexte. L’une des raisons pour lesquelles le Niger est très différent, outre le fait que le pays est depuis peu allié aux États-Unis et à la France, est aussi que le Niger a des frontières terrestres avec sept pays africains différents. Ainsi, tout ce qui se passe au Niger a un impact significatif sur de nombreux pays du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest. C’est pourquoi le Niger est plus intéressant que les trois autres pays.

En ce qui concerne les efforts de la CEDEAO, une délégation conduite par l’ancien président militaire du Nigeria, Abdulsalami Abubakar, est retournée au siège de la CEDEAO ce matin à Abuja sans avoir réalisé de progrès significatifs. Ils n’ont même pas vu le général Tchiani pendant toute la durée de la visite. Cela nous indique donc que peu de choses ont été faites en termes de progrès ou pour persuader la junte de quitter le pouvoir.

La date limite de dimanche pour qu’ils remettent le pouvoir à Bazoum ou qu’ils tiennent bon et s’exposent à une intervention militaire ou à l’utilisation de la force contre eux, nous ne savons pas comment cela va se dérouler, mais cela va être très sanglant. Le porte-parole de la CEDEAO a déclaré hier qu’il s’agirait de la toute dernière option. Mais toute attaque militaire serait très importante, car nous avons entendu hier les dirigeants des juntes des trois autres pays menacer de soutenir le Niger, et ils ont déclaré que toute attaque contre le Niger serait une attaque contre eux tous. La CEDEAO doit donc être très prudente, car la situation est très délicate pour tout le monde.

Amy Goodman : Quant au rôle de votre pays, le Nigéria, le pays le plus peuplé d’Afrique, riche en pétrole, quelle est la menace en ce moment ?

Olayinka Ajala : C’est très intéressant, car le Niger est un allié très important du Nigeria, notamment dans la lutte contre Boko Haram et la province de l’État islamique en Afrique de l’Ouest autour du lac Tchad. C’est donc un allié que le Nigéria tient à ne pas perdre, en particulier dans cette lutte, car des progrès substantiels ont été réalisés au cours des deux dernières années, et le Nigéria ne veut pas qu’ils soient réduits à néant.

Par ailleurs, le président du Nigéria, Bola Ahmed Tinubu, qui est à la tête de la CEDEAO, a pris ses fonctions au cours des dernières semaines et tient à marquer les esprits, car il a fait des déclarations très fermes contre les coups d’État, non seulement au Niger, mais dans toute la région. Il est intéressant de noter que dans son discours d’acceptation en tant que président de la CEDEAO, il n’a cessé de mentionner les coups d’État, même avant que cela ne se produise. C’est donc en relation avec ce qui s’est passé dans les trois autres pays, et je pense que le Nigeria a eu le sentiment d’avoir perdu une occasion, car si l’on avait exercé plus de pression sur l’un ou l’autre de ces pays, ou sur les trois, peut-être que cela ne se serait pas produit au Niger.

Amy Goodman : Et enfin, Nick Turse, que pensez-vous, en tant que reporter américain sur l’Afrique, de ce qui manque à la presse américaine et, en général, à la presse lorsqu’il s’agit de comprendre ce qui se passe ici et ce qui peut se passer ?

Nick turse : Je pense que nous manquons souvent de contexte. Le Washington Post a publié hier une tribune du chef d’État déchu du Niger, le président Bazoum. Il y parle du Niger comme du dernier bastion de la démocratie au Sahel. Lorsque je me suis rendu dans ce pays au début de l’année, je n’ai pas trouvé qu’il s’agissait de l’État le plus démocratique. Si vous lisez les rapports du département d’État, vous verrez qu’il y a énormément d’abus contre les citoyens. L’armée, que nous soutenons depuis des années, a commis un nombre considérable d’atrocités. Cela a suscité beaucoup de mécontentement au sein de l’armée elle-même et de la population civile. Et je pense que ce qui manque, c’est ce type de contexte, la compréhension de ce que l’injection de tout cet argent dans l’appareil de sécurité au Sahel a signifié pour les gens qui y vivent.

Amy Goodman : Eh bien, nous allons devoir en rester là. Je vous remercie tous les deux d’avoir été avec nous, et nous continuerons à suivre de près les événements au Niger. Nick Turse, journaliste d’investigation, collaborateur de The Intercept, nous mettrons en lien vos articles récents : « Le chef du coup d’État nigérien rejoint une longue lignée de mutins entraînés par les États-Unis », ainsi que « Des soldats se mutinent au Niger, pays allié des États-Unis. » Olayinka Ajala, nous vous remercions d’être avec nous depuis Glasgow, maître de conférences en politique et relations internationales à l’université Leeds Beckett. Nous vous renvoyons à votre article intitulé « Qu’est-ce qui a provoqué le coup d’État au Niger ? Un expert souligne trois facteurs déterminants ». Je suis Amy Goodman. Merci beaucoup de nous avoir rejoints.

Cet article a été reproduit par Truthout avec autorisation ou licence. Il ne peut être reproduit sous quelque forme que ce soit sans l’autorisation ou la licence de la source.

Amy Goodman

Amy Goodman est l’animatrice et la productrice exécutive de Democracy Now !, un programme d’information national, quotidien, indépendant et primé, diffusé sur plus de 1 100 chaînes de télévision et stations de radio publiques dans le monde entier. Le Time Magazine a nommé Democracy Now ! son « Pick of the Podcasts », au même titre que « Meet the Press » de NBC.

Source : Truthout, Amy Goodman, 04-08-2023