+26
°
C
Max:+29
Min:+19
Mar.
Mer.
Jeu.
Ven.

Monde : l’Afrique a perdu plus de 10 % de ses liaisons maritimes directes en 2022, selon la CNUCED

images 69

Selon une étude de la Conférence des Nations-Unies sur le commerce et le développement publiée le mardi 29 novembre 2022, l’Afrique, l’Amérique latine et les Caraïbes ont perdu plus de 10% de leurs liaisons maritimes directes au cours de l’année en cours.

En effet, de nombreux pays en développement ont dû faire face à des problème d’arrivée tardive de navire et une pénurie de conteneurs.

« Les taux de fret des marchandises conteneurisées ont explosé pour la plupart des itinéraires, y compris pour les liaisons à destination des régions en développement. Ainsi, entre décembre 2020 et décembre 2021, le taux par équivalant vingt pieds (EVP) est passé de 2 521 USD à 6 450 USD pour l’itinéraire Shanghai-Afrique du Sud (Durban) et de 2 521 USD à 7 452 USD pour itinéraire Shanghaï-Afrique de l’Ouest (Lagos). », renseigne cette étude.

En outre, les taux de fret des marchandises conteneurisées étaient encore élevés et volatiles début 2022, mais ont commencé à baisser au deuxième trimestre de l’année.

Par ailleurs, les difficultés liées à la congestion des ports étaient initialement concentrées dans trois régions : la Chine, l’Europe septentrionale et la côte Ouest des États-Unis. Toutefois, à mesure que les sociétés de transport maritime ont redéployé leurs navires sur les liaisons américaines et chinoises, plus fréquentées et plus rentables.

« Après s’être contracté de 3,8% en 2020, le commerce maritime international a rebondi en 2021 avec un taux de croissance estimé à 3,2% et un volume total des marchandises de 11 milliards de tonnes », précise l’étude.

Cependant, la croissance du commerce maritime devrait être plus modérée en 2022, de l’ordre de 1,4%, puis de 2,1% par an en moyenne sur la période 2023-2027 contre une moyenne de 3,3 sur les trente dernières années.

En rappel, la Conférence des Nations-Unies sur le commerce et le développement (CNUCED) est un organe subsidiaire de l’Assemblée générale des Nations-Unies créé en 1964, et qui vise à intégrer les pays en développement dans l’économie mondiale de façon à favoriser leur essor.

Organisme intergouvernemental permanant, la CNUCED compte 193 États membres. Elle cherche également à affirmer la cohésion des pays du Sud autour d’une revendication majeure : des échanges commerciaux rééquilibrés.