+26
°
C
Max:+29
Min:+19
Mar.
Mer.
Jeu.
Ven.

Les ministres africains des Finances de la République démocratique du Congo, du Ghana, de la Côte d’Ivoire et du Nigéria appellent à l’action lors de la réunion du G20 à Venise

C’était le 9 juillet dernier lors de La réunion des ministres des Finances du G20 à Venise est une occasion vitale de s’appuyer sur les travaux du G7, mais aussi de remédier d’urgence à certaines des lacunes de ce qui a été convenu à Cornwall il y a un mois. Comme pour le G7, le G20 doit se concentrer sur la « vaccination du monde » – pour contrer un flux potentiellement sans fin de nouvelles variantes détruisant des vies et des moyens de subsistance au cours des prochaines années, et « verdir le monde » – pour fournir une nouvelle génération de emplois qui peuvent contrer deux tendances à la fois changement climatique et chômage des jeunes.

Nous nous félicitons des thèmes du G20 sur les peuples, la planète et la prospérité – et dans la perspective du sommet du G20, nous appelons le Premier ministre Mario Draghi, le ministre des Finances Daniele Franco et les autres dirigeants et ministres des Finances du G20 à : Droits de tirage disponibles dès que possible et définir une voie claire pour leur réaffectation maximale et leur rétrocession. Deuxièmement, développer un ensemble plus large de partenariats d’investissement dans des récupérations vertes et propres qui soit correctement financé, en co-développant avec les pays émergents et en développement des solutions financières innovantes, justes et équitables qui peuvent assurer leur intégration dans l’infrastructure financière mondiale, remédier aux vulnérabilités de la dette et débloquer beaucoup plus de financement pour investissements verts. Dernièrement, nous devons de toute urgence lutter contre les inégalités croissantes dans le monde en matière de vaccins et soutenir les efforts visant à établir des centres régionaux de fabrication de vaccins. Alors que le monde développé atteint régulièrement ses objectifs de vaccination, l’Afrique se prépare à une troisième vague de COVID-19, alors que les stocks de vaccins à court terme se tarissent, laissant de nombreux pays incapables même de suivre avec une deuxième dose pour les groupes à haut risque.

Pour lutter contre les trajectoires économiques divergentes et protéger les vies et les moyens de subsistance, voici les actions requises plus en détail.

Premièrement, mobiliser davantage et de meilleure qualité des financements et des investissements privés et à long terme pour assurer une reprise verte reste au cœur du programme People Planet Prosperity du G20. Pourtant, un financement à long terme opportun, stable et suffisant à des conditions équitables pour une reprise post-covid inclusive et durable reste hors de portée pour de nombreux pays en développement. Dans ce contexte, nous sommes encouragés par les dirigeants du G20 et du G7 à faciliter une nouvelle émission de 650 milliards de dollars en DTS. Mais aucun de ces fonds n’est encore disponible pour l’investissement. L’urgence est maintenant d’accélérer le décaissement de ces DTS pour éviter que la crise de liquidité actuelle des marchés émergents ne se transforme en crise d’insolvabilité. Nous appelons également le FMI à publier les étapes de décaissement des DTS et à définir les modalités de réaffectation et de rétrocession, y compris des plans pour reconstituer les installations critiques telles que la PGRT. Un G20 et une COP26 réussis dépendent de la disponibilité d’un financement initial pour changer la trajectoire de développement vers un modèle de développement « propre et vert ». L’investissement dans l’énergie, la sécurité alimentaire et la protection de la nature et de la biodiversité sont les moyens les plus efficaces pour créer des emplois et amorcer une reprise verte. Il est donc crucial que le sommet du G20 soit sans équivoque à ce sujet.

Deuxièmement, et en s’appuyant sur ce qui précède, le récent communiqué du G7 ne traite pas suffisamment la vulnérabilité de la dette et les déficits d’investissement auxquels sont confrontés de nombreux pays à revenu intermédiaire aux prises avec les conséquences de la pandémie et qui étaient déjà confrontés à un lourd fardeau en raison du changement climatique. Nous appelons donc le sommet du G20 à soutenir une nouvelle approche d’investissement qui donne la priorité aux partenariats se renforçant mutuellement entre les économies avancées et émergentes, en fournissant de nouvelles sources de liquidités et d’investissement qui aident les pays à remplir les engagements et programmes alignés sur les ODD dont ils ont désespérément besoin et à gérer des finances plus transparentes. systèmes.

Pour en faire une réalité, nous devons travailler plus étroitement avec les créanciers privés pour augmenter le financement abordable des investissements essentiels permettant les ODD dans les infrastructures, l’énergie et la numérisation. À cette fin, nous vous demandons d’envisager de prêter au moins 30 milliards de dollars de DTS à une nouvelle Facilité de liquidité et de durabilité (LSF) et au Mécanisme africain de stabilité pour catalyser les investissements en Afrique, réduire les primes de liquidité sur les obligations souveraines offertes par les -pays à revenu et encourager les investissements verts et liés au développement durable. Semblable au Mécanisme européen de stabilité, le Mécanisme africain de stabilité protégera le continent contre les chocs extérieurs en offrant un accès d’urgence instantané à une aide financière aux pays en difficulté financière.

Enfin, nous saluons l’engagement du G7 de fournir 870 millions de doses, mais la gestion intelligente de la pandémie exige une amélioration urgente de l’offre d’environ 435 millions à livrer d’ici la fin de cette année. Par exemple, rien qu’en juin, il y a eu un déficit de 290 millions de vaccins. Nous avons vraiment besoin d’un milliard de doses données dans les prochains mois. Nous sommes encouragés par le soutien à la fabrication dans les pays à faible revenu et par votre reconnaissance de l’impact positif des licences volontaires sur l’augmentation de l’offre mondiale de vaccins. Cependant, avec moins de 1% de notre population entièrement vaccinée et plusieurs pays africains aux prises avec une troisième vague, nous appelons le G7 et le G20 à accélérer la livraison de ces vaccins.

Ensemble, nous faisons face à des menaces et des opportunités extraordinaires. Avec nos promesses de partenariat renouvelées, avec des innovations qui nous poussent à aller de l’avant, nous sommes convaincus que nous pouvons arrêter la menace sans fin des nouvelles variantes de covid, une augmentation insoutenable de la pauvreté et la menace constante de nouveaux impacts du changement climatique – en avançant ensemble vers la réalisation de notre objectif commun. objectifs de développement durable.

Son Excellence Mme Zainab Shamsuna Ahmed (Ministre des finances du Nigéria)
Son Excellence M. Adama Coulibaly (Ministre des finances de la Côte d’Ivoire)
Son Excellence M. Nicolas KAZADI (Ministre des finances de la République démocratique du Congo)
Son Excellence M. Ken Ofori-Atta (Ministre des finances du Ghana)