+26
°
C
Max:+29
Min:+19
Mar.
Mer.
Jeu.
Ven.

Faire de son potentiel gazier un véritable levier de croissance économique, le sommet sur le pétrole, le gaz et la transition énergétique de Libreville sur le thème  »Révéler, développer et exploiter le potentiel gazier du Gabon », vise à réduire la dépendance du pays aux importations de produits finis produits et initier le passage à l’énergie propre.

Le Ministre du Pétrole, du Gaz, des Hydrocarbures et des Mines du Gabon Vincent de Paul Massassa a déclaré : « Le Gabon a pris conscience que la transition énergétique nécessite une utilisation beaucoup plus importante du gaz. Nous n’avions pas les infrastructures au départ, mais aujourd’hui tous les efforts sont faits. aller dans cette direction ».

Représentante résidente de la banque mondiale, gabonaise Alice Ouédraogo est d’avis que « Tout le monde utilise le gaz pour cuisiner tous les jours. Nous sommes donc d’accord que s’il est disponible et moins cher, cela affectera le coût de la vie du citoyen gabonais. Si l’Etat peut exporter du gaz par exemple, cela peut affecter les ressources de l’Etat. Donc, pour moi c’est une fourchette qui est très large et qui peut avoir des impacts vraiment importants sur l’économie gabonaise ».

Le Gabon détient des réserves prouvées de gaz naturel. 29 milliards de mètres cubes principalement sous forme de gaz associé mais n’en font actuellement qu’un usage limité. Près de 90 % de sa production est réinjectée dans le sous-sol ou brûlée faute de débouchés économiques.

Porté par le Plan d’accélération de la transformation, l’autre défi est de faire du « contenu local » une réalité, offrant plus d’opportunités aux entreprises gabonaises et aux travailleurs du secteur. C’est selon le chef de projet de la Task Force Stratégie Gazière Yann Livulibutt Yangari,

« Ce qu’il est important de noter, c’est qu’il n’y aurait aucune raison pour la République gabonaise de pousser au développement du gaz si aucune entreprise gabonaise ne peut participer à cet effort et créer de la richesse pour notre économie. »

Face à l’impact économique de la crise du Covid-19, le Gabon s’est engagé dans la préparation de filières productives incluant les hydrocarbures. Les objectifs sont de relancer la production pétrolière, de diversifier le secteur et d’améliorer la gouvernance.