+26
°
C
Max:+29
Min:+19
Mar.
Mer.
Jeu.
Ven.

CCERE/Ibrahim ZAKARI: « Le Cameroun, un poumon économique régional aux portes du paradis».

Dans cet entretien, le Directeur du Centre de Commerce Extérieur et des Relations Extérieures (CCERE) basé à Douala au Cameroun, invite les investisseurs étrangers à s’intéresser davantage au Pays de Paul BIYA. Selon Ibrahim ZAKARI, le Cameroun a une stabilité économique favorable et sans risque pour les affaires, avec des données macroéconomiques excellents. L’investissement dans cette nation peut disposer d’une main-d’œuvre jeune et qualifiée, ainsi que des coûts de facteurs de production compétitifs et avantageux.

Entretien réalisé par : Youcef MAALLEMI (maallemi-youcef@lecourrierdafrique54.com)

Le Courrier d’Afrique 54 : M. Ibrahim ZAKARI, tout d’abord, quelles sont les missions du CCRE ?

M. Ibrahim ZAKARI : Le  Centre  de  Commerce  Extérieur  et  des  Relations  Extérieures  (CCERE) a  pour  objectif,  entre  autres, de  booster  les  échanges  bilatéraux  entre  le Cameroun  et  d’autres  nations,  en  particulier  celles  au  fort  dynamisme économique,  mais  dont  les  liens diplomatiques,  industriels  et  commerciaux avec  notre  pays  sont  encore  embryonnaires.  Car  l’on  sait  dans  quelle envergure  l’échange  des  savoirs  pourrait  être  profitable  dans  la  dynamique  du développement voulu par MONSIEUR LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE SON EXCELLENCE MONSIEUR PAUL BIYA CHEF,  CHEF DE L’ÉTAT . Ainsi,  par  exemple, un rapprochement     les  nouveaux géants  d’Asie  du  Sud-Est,  élargit  notre  connaissance  de  l’exploitation  des ressources  locales  sur  de  rapides  intervalles.  Idem  pour  le  développement  du secteur des services.  LE CAMEROUN, UN MARCHÉ AUX ATOUTS MULTIPLES. Le Centre de Commerce Extérieur et des Relations Extérieures est un partenaire de l’État formé d’une équipe de professionnels talentueux et visionnaires qui s’efforce de faire du Cameroun une destination d’investissement parmi les plus prisées au monde. En tant que guichet unique et service‑conseil de confiance pour les entreprises du monde entier qui cherchent à investir au Cameroun, nous faisons en sorte qu’il soit plus facile pour les investisseurs étrangers  de traiter avec les différents ordres de gouvernement et d’explorer les possibilités d’investissement.

Pourquoi investir au Cameroun ?

Le Cameroun offre une qualité de vie exceptionnelle. Entre modernité et tradition, ce pays est unique par sa diversité, son dynamisme et son offre de services variée et complète. Ici on ne manque de rien, sauf peut-être de temps, pour profiter de tout. le Centre de Commerce Extérieur et des Relations Extérieures est un partenaire de l’Etat formé d’une équipe de professionnels talentueux et visionnaires qui s’efforce de faire du Cameroun une destination d’investissement parmi les plus prisées au monde. En tant que guichet unique et service‑conseil de confiance pour les entreprises du monde entier qui cherchent à investir au Cameroun, nous faisons en sorte qu’il soit plus facile pour les investisseurs étrangers de traiter avec les différents ordres de gouvernement et d’explorer les possibilités d’investissement. Le Centre de Commerce Extérieur et des Relations Extérieures (CCERE) se présente enfin comme un partenaire important sur lequel les pouvoirs publics pourraient s’appuyer, en raison de sa contribution à l’implantation et à l’épanouissement des investisseurs étrangers au Cameroun, ainsi qu’à l’internationalisation des investisseurs camerounais. Le Centre de Commerce Extérieur et des Relations Extérieures sert de bras séculier de l’État pour monitorer les capacités des Agences publics et privés de promotion des investissements au Cameroun. Sa principale vocation n’est pas de faire concurrence aux institutions étatiques.

Investir au Cameroun est un bon risque ? En d’autres termes, est-ce une bonne affaire et une stratégie d’entreprise viable ?

L’image que propose du Cameroun un certain nombre d’activistes sur la plupart des plateformes numériques est bien différente de la réalité qu’elle reflète. Tout et son contraire est dit, suivant les « bonnes raisons » de chacun, mais jamais en toute bonne foi. À cela s’ajoute le fait que notre monde numérique accorde un rôle croissant à la médiatisation sensationnelle aux dépens de la prise en compte des chiffres et des faits établis. Il convient d’obtenir une juste représentation du Cameroun en rassemblant l’ensemble des faits et des données qui contrastent avec ces lieux communs.

L’image du Cameroun est plus que jamais par le passé reluisante en raison du développement de ses entreprises. Le Cameroun, sans aucun doute, un pays sécurisé, un pays d’avenir avec des perspectives de croissance certaines, un climat des affaires assaini, que confortent une réelle volonté d’aller de l’avant et un fort engagement à lutter contre la corruption, les trafics d’influence, de même que le blanchiment des capitaux. Vous pouvez, à cet égard, être convaincus de trouver au Cameroun des partenaires fiables, engagés et ouverts, un peuple discipliné et travailleur, résolument engagé à asseoir les bases durables  de son développement. Le Cameroun traduit le souci de s’affirmer comme un pays résolument engagé derrière les valeurs de référence que sont la paix, la sécurité, la justice, la démocratie et la liberté. L’on y voit ainsi l’opportunité pour le Cameroun de bénéficier de l’aura diplomatique et du prestige international que confèrent de tels engagements à l’échelle de la communauté internationale. l’État central et le Centre de Commerce Extérieure et des Relations Extérieures (CCERE) vous y incitent et y invitent.

Le Centre de Commerce Extérieur et des Relations Extérieures assure le Gouvernement et le Président de la République son excellence Monsieur Paul Biya, de travailler à ses côtés pour promouvoir les investissements directs étrangers au Cameroun. Investir au Cameroun est une affaire et une stratégie d’entreprise viable : Le moment idéal pour investir au Cameroun , c’est maintenant. Pourtant, les investisseurs étrangers ne se ruent pas sur le continent comme on s’y serait attendu, parce que les décisions d’investir à l’étranger sont souvent structurées de façon méthodique et très minutieuse. Le niveau trop élevé du risque en est l’un des facteurs évoqués. Or le risque et le profit sont des frères siamois : les investissements à risque élevé sont souvent associés à des bénéfices plus importants. L’investissement en Afrique a de beaux jours devant lui. C’est en tout cas ce que laissent penser les conclusions du baromètre annuel de Havas Horizon qui étudie la perception et les intentions des investisseurs à propos du continent. Et s’il y a un sujet sur lequel ils sont – presque – tous d’accord, c’est celui de la croissance africaine.

Près de 92 % des sondés sont en effet très optimistes quant aux perspectives économiques en Afrique, et 80 % d’entre eux envisagent même d’y renforcer leurs positions à l’horizon 2023. Le Cameroun  a entrepris des réformes structurelles impressionnantes entre 2015 et 2018. Les politiques facilitent la création d’entreprises, renforcent les droits légaux, améliorent la législation sur les faillites et l’accès au crédit. Le secteur de l’énergie est désormais plus durable et compétitif grâce à l’amélioration de la gouvernance. La production d’électricité du pays est passée du déficit à l’excédent grâce à un important investissement public qui vise à faire du Cameroun  un centre régional de l’énergie.

Le réseau, en cours d’extension, devrait absorber la nouvelle capacité de production et servir le nombre croissant de consommateurs. Les réformes audacieuses du tarif de l’énergie visent la suppression des subventions sur 3 à 4 ans. En outre, la nouvelle loi sur le secteur de l’énergie permettra l’accroissement des investissements privés et le renforcement de la compétitivité. Le  Centre de Commerce Extérieur et des Relations Extérieures est un nouvel instrument et partenaire de l’État pour promouvoir l’investissement, qui est chargé d’entreprendre toute action de promotion et de communication afin de faire connaître les opportunités d’investissement au Cameroun et d’organiser, en collaboration avec les autorités gouvernementales et les autres organismes de droit public ou privé compétents, tous types de salons, conférences, séminaires, foires et manifestations de nature à promouvoir l’investissement et en assurer la coordination au niveau national ou à l’étranger.

La sécurité des investisseurs étrangers est assurée au Cameroun ?

Le Cameroun traduit le souci de s’affirmer comme un pays résolument engagé derrière les valeurs de référence que sont la paix, la sécurité, la justice, la démocratie et la liberté. L’on y voit ainsi l’opportunité pour le Cameroun de bénéficier de l’aura diplomatique et du prestige international que confèrent de tels engagements à l’échelle de la communauté internationale. Que les délinquants sachent que désormais, nul ne demeurera impuni et la justice garantira a chacun vivant sur le territoire camerounais, le droit à la vie, le droit à la libre circulation, le droit à la liberté de commerce, bref tout droit reconnu par la constitution et les traités internationaux ratifiés par le Cameroun. Le Centre de Commerce Extérieur et des Relations Extérieures est comme un maillon des rouages essentiels du dispositif national d’appui au commerce extérieur et d’attraction ou de promotion des investissements au Cameroun. A ce titre le CCERE  appui les entreprises Camerounaises  désireuses de s’internationaliser et aux entreprises étrangères soucieuses d’opérer au Cameroun. l’État central et le Centre de Commerce Extérieure et des Relations Extérieures (CCERE) vous y incitent et y invitent, d’investir au Cameroun.

Quelle est l’originalité de la politique extérieure du Cameroun ?

La société internationale de notre temps est caractérisée à la fois par la souveraineté des Etats et leur interdépendance. Toute politique extérieure réaliste et efficace doit tenir compte de cette double dimension tout en définissant ses objectifs en fonction de la situation géopolitique de l’Etat concerné, de ses intérêts fondamentaux et des principes moraux et juridiques qu’il souhaite voir guider les rapports internationaux. En ce qui concerne plus particulièrement la politique extérieure du Cameroun, trois données essentielles doivent être prises en considération. La première c’est que, situé au point de contact de plusieurs régions naturelles et au point de convergence des voies de migration, le Cameroun est par vocation un pays ouvert au monde. La deuxième est que, par les hasards de l’histoire, le Cameroun a connu une triple administration allemande, anglaise et française, dont il a hérité un plurilinguisme qui confère une nouvelle dimension à son ouverture au monde. La troisième est que, n’ayant jamais été véritablement une colonie, mais ayant eu, dans le cadre du mandat de la Société des nations d’abord et ensuite sous le régime de tutelle de l’ONU, un statut particulier avec vocation à l’indépendance, le Cameroun a été très tôt préparé à la vie internationale. En 1960, le pays accède à l’indépendance.

Il doit élaborer sa politique étrangère au moment où deux blocs puissants dominent la scène internationale et s’efforcent chacun d’influencer les petits et moyens Etats et de compromettre ainsi son indépendance. Jaloux de sa souveraineté, qui lui paraît la condition indispensable de son progrès et de l’affirmation de la dignité africaine, le Cameroun a choisi normalement de rester en dehors des conflits des blocs. Depuis son accession à l’indépendance, le Cameroun a toujours proclamé son attachement au non-alignement et s’est toujours efforcée de conformer sa politique internationale à ses principes. Le non-alignement, tel que nous l’entendons, inclut la coexistence pacifique des Etats à systèmes sociaux différents. Cela suppose d’abord que l’on reconnaît à chaque peuple le droit de résoudre, en toute indépendance, ses propres affaires. Cela sous-entend ensuite le respect absolu de la souveraineté et de l’intégrité territoriale de tous les pays.

L’application de ces principes devrait conduire les Etats ayant adopté des régimes politico-sociaux différents à développer néanmoins leur coopération économique et culturelle, pour le plus grand bien de l’humanité. C’est donc en considération de ce qui précède que le Cameroun, sous la conduite de son guide éclairé, S.E. M. Paul Biya  a fait du non-alignement et de la coopération internationale les principes de base, les options fondamentales de sa politique étrangère. Sans se lancer dans une prétentieuse politique planétaire à la réalisation de laquelle les moyens matériels auraient fait défaut, le Cameroun, en application des principes ci-dessus, s’ouvre à tous les pays épris de paix. Quiconque voudrait bâtir sa coopération avec le Cameroun sur la base de l’indépendance nationale et du respect mutuel est sûr de trouver auprès de lui une compréhension agissante. A l’aube de l’indépendance, le Cameroun avait noué des relations amicales avec tous les pays industrialisés du monde occidental, notamment ceux auxquels l’attachent des liens historiques.

Parmi ceux-ci figure la France, qui nous a régulièrement apporté une aide appréciée par sa nature, son importance et l’esprit dans lequel elle est dispensée. Le Gouvernement camerounais,  tient à rassurer ses nombreux partenaires, sur la fiabilité et la crédibilité de la destination Cameroun. A cet effet, le Centre du Commerce Extérieur et des Relations Extérieures (CCERE) réitère son engagement à accompagner les investisseurs étrangers, mais aussi promouvoir et faciliter leur intégration au Cameroun. Le CCERE  poursuit sur sa lancée dans la fourniture d’assistance consulaire requise aux hommes d’affaires, de facilitations administratives, de conseils, d’organisation de rencontres, foires, séminaires ou forums d’échanges pour promouvoir la destination Cameroun à l’étranger. Notre pays compte mettre à profit ses 1800 km de frontières, 400 km d’ouverture sur la mer et ses 300 millions de consommateurs à travers le monde, et continuer d’être un pôle de référence dans la sous-région Afrique-Centrale et sur le continent.