+26
°
C
Max:+29
Min:+19
Mar.
Mer.
Jeu.
Ven.

France-Nicolas Sarkozy : devant les juges, il reste muet comme une carpe

L’ancien président français Nicolas Sarkozy a opposé le silence aux différentes questions de la justice dans l’après-midi de ce mardi 2 novembre. Convoqué au tribunal correctionnel de Paris au sujet de l’affaire des sondages à l’Elysée, l’ancien patron de la présidence française a évoqué la «séparation des pouvoirs » pour s’opposer aux questions de la justice.

« J’ai appris par la presse que vous aviez lancé un mandat d’amener pour me contraindre par la force publique à venir témoigner »,  a déclaré l’ancien président français à la barre de la 32e chambre correctionnelle du Tribunal de Paris.  « De mon point de vue, cette décision n’est pas constitutionnelle et surtout elle est totalement disproportionnée », a poursuivi l’ancien patron de l’UMP.

« Je n’ai pas à rendre compte de l’organisation de mon cabinet »

« C’est un principe essentiel des démocraties qui s’appelle la séparation des pouvoirs et comme président de la République, je n’ai pas à rendre compte de l’organisation de mon cabinet ou de la façon dont j’ai exercé mon mandat », a ajouté Nicolas Sorkozy avant de répondre par le silence aux différentes interrogations. Notons que le sexagénaire déplorait en effet la comparution comme témoin ordonné le 19 octobre par la justice de son pays sans auditions préalable.