+26
°
C
Max:+29
Min:+19
Mar.
Mer.
Jeu.
Ven.

Sept associations de la diaspora camerounaise ont adressé une lettre ouverte au président français, Emmanuel Macron, demandant « le départ immédiat de l’ambassadeur Christophe Guilhou du Cameroun ».

Dans leur pétition, en date de samedi 18 avril, elles demandent au président Macron « de relever purement et simplement de ses fonctions » l’ambassadeur de France au Cameroun, Christophe Guilhou.

D’après ces associations, le chef de la diplomatie française au Cameroun « s’est très gravement et de façon fort méprisante, ingéré dans les affaires du Cameroun en servant d’écran de fumée entre le peuple camerounais victime et un président de la République défaillant depuis de longues années, et à présent toujours porté disparu ».

Les auteurs de cette pétition estiment que la rencontre au palais présidentiel de Yaoundé entre le président Biya et l’ambassadeur de la France au Cameroun du 17 avril, est une « audience fabriquée de toutes pièces grâce aux logiciels de montage vidéo, et faite pour entretenir le peuple camerounais dans l’illusion qu’il est encore gouverné, tandis que se préparent clairement des manœuvres antidémocratiques de succession de gré à gré à la tête de l’Etat du Cameroun ».

Les signataires de cette lettre-pétition adressée à Macron, ont relevé que « les services de communication de l’ambassade de France à Yaoundé, contactés par plusieurs agences de presse et par plusieurs personnes, ont constamment affirmé qu’elles n’avaient aucune connaissance d’une telle audience de l’ambassadeur de France à Yaoundé avec le président Biya ».

Dans un tweet vendredi, le président Paul Biya a annoncé qu’il a reçu en audience le 17 avril, l’ambassadeur de France au Cameroun. La radio et la télévision nationale ont par ailleurs relayé cette information avec des images et son de l’ambassadeur.

« Je suis allé voir le chef de l’État comme j’ai l’habitude d’échanger avec lui. Sur le reste, c’est de l’outrance. J’ai des échanges réguliers avec le chef de l’État, avec le premier ministre. Vu la densité des relations qui existent entre nos deux pays. Sur la dernière audience avec le chef de l’État et ce qui se dit, je n’ai rien à dire. Je n’ai aucun commentaire à faire », a souligné l’ambassadeur, dimanche, dans une émission à la télévision nationale.

Les images de l’audience entre Biya et l’ambassadeur ainsi que les déclarations du diplomate français n’ont pas convaincu la diaspora camerounaise qui exige le départ de Christophe Guilhou.

« Le maintien de Guilhou au Cameroun risque d’ores et déjà de déclencher, les prochains jours, dans la diaspora et dans le pays, d’immenses manifestations du peuple camerounais en colère », ont annoncé les signataires de la pétition.

Les sept associations signataires sont : Le collectif diasporique camerounais, Le conseil camerounais de la diaspora, Eveil citoyen, L’association “Change With Women”, Le CODE, ASBL et le Mouvement de Février 2008.