+26
°
C
Max:+29
Min:+19
Mar.
Mer.
Jeu.
Ven.

Cameroun-Filières banane plantain et piscicole : vers la mise en place d’un cluster autour de Kribi, ville industrialo-portuaire.

Dans le cadre de la mise en œuvre du projet « Ceinture agricole » autour de Kribi, ville au Sud-Cameroun abritant un complexe industrialo-portuaire, la Coopérative agroforesterie industrielle de l’Océan (Coop CA AIO) entend installer un cluster filière banane plantain et un autre, filière piscicole.
A cet effet, Samuel Tony Obam Bikoue, le président du conseil d’administration (PCA) de ladite coopérative vient de lancer un appel à manifestation d’intérêt pour ceux qui aimeraient investir dans cette « Ceinture agricole ». Ainsi, des parcelles sont mises en vente sur une période de 10 ans afin de permettre l’installation des producteurs dans ces deux filières. « Cette offre n’est valable qu’à condition que le nouvel acquéreur s’engage à ne produire sur son site pendant ladite période [10 ans] que la banane plantain avec irrigation et pratiquer la pisciculture hors sol dans des bacs », indique le PCA.
La Coopérative propose en retour de la mise à disposition des parcelles, des services tels que : la mise à disposition des semences sélectionnées à haut rendement et d’alevins de poissons de qualité ; la mise à disposition d’engrais, et d’alevins de poisson, l’incubation agro-pastorale, le montage des business plans, le placement en pépinière d’entreprises, etc.
Dans la vision stratégique qui sous-tend cette « Ceinture agricole », il s’agit entre autres, selon le ministère en charge de l’Agriculture, de nourrir le grand flux des populations qui convergent à Kribi, « le nouvel eldorado portuaire, industriel, touristique et le bassin de milliers d’emplois ».
Aussi, il est question d’assurer l’exportation des produits agricoles camerounais en qualité et en quantité à travers le port en eau profonde de Kribi, la création des unités de transformation des produits agricoles issus de la « Ceinture » à Mbébé et dans la zone industrielle de la place portuaire.
Monsieur Henri Eyebe Ayissi, ministre camerounais de l’Agriculture avait présenté ce projet en novembre 2018. Il avait indiqué à l’époque le projet de « Ceinture agricole » nécessite un financement d’un montant de 5 milliards FCFA qui permettra la création de 1 500 emplois ruraux par an et pendant cinq ans. Ce qui fera un total de 7 500 emplois au bout du compte.