+26
°
C
Max:+29
Min:+19
Mar.
Mer.
Jeu.
Ven.

Dans la nuit du 24 au 25 mai, une quinzaine de salariés de la Confédération africaine de football (CAF) ont été informés par courrier électronique de leur licenciement. Les destinataires ont tous reçu le même message, composé de quelques phrases très explicites et cryptiques. « Votre mission à la CAF est terminée. Ne venez plus au siège. Vous recevrez votre salaire pour le mois de juin.

Ceux qui avaient éteint leur téléphone ont eu un début de journée brutal. « Il s’agit de licenciements abusifs. Il n’y a pas eu d’entretiens préalables, c’est la loi en Egypte, où se trouve le siège de la CAF », précise le responsable d’une fédération africaine qui souhaite garder l’anonymat.

«Nous savions que des tensions étaient apparues depuis l’élection de Motsepe, que des têtes tomberaient, ce qui n’est pas surprenant lorsque la nouvelle direction arrive. Ce qui est surprenant, cependant, c’est la méthode utilisée.