+26
°
C
Max:+29
Min:+19
Mar.
Mer.
Jeu.
Ven.

Afrique : la croissance moyenne africaine devrait se stabiliser à 4,1% en 2023 et 2024 (BAD)

5CC00464 E8E4 4447 ACD9 716E0551A43F

Nonobstant quelques facteurs perturbateurs liés à la fragmentation géopolitique à l’heure de l’urgence climatique, les économies africaines restent résilientes face aux multiples chocs, avec une croissance moyenne qui devrait se stabiliser à 4,1% en 2023–2024, soit plus que les 3,8% estimées pour 2022.

Ces prévisions proviennent du nouveau rapport de la Banque africaine de développement (BAD) intitulé « Mobiliser les financements du secteur privé en faveur du climat et de la croissance verte en Afrique ».

Selon ledit rapport, la croissance du produit intérieur brut (PIB) réel de Afrique a été estimée à 3,8 % en 2022, en baisse par rapport aux 4,8 % de 2021, mais supérieure à la moyenne mondale de 34 %.

À en croire les experts de la BAD, ce ralentissement de la croissance est tributaire au resserrement des conditions financières mondiales et aux perturbations des chaînes d’approvisionnement exacerbées par le conflit russo-ukkrainien ayant freiné la croissance mondiale.

Aussi, rappellent les experts, la croissance a été également affectée par les effets résiduels de la pandémie de Covid-19, ainsi que par l’impact croissant du changement climatique et des phénomènes météorologiques extrêmes.

En dépit de cette situation observée et généralisée, 31 des 54 pays africains affichent des taux de croissance plus faibles en 2022 qu’en 2021.

Dans cet ordre d’idées, poursuit le rapport, la performance du continent en 2022 a été meilleure que celle de la plupart des régons du monde.

De manière générale, prévoit la BAD, la croissance devrait rebondir à 4,0 % en 2023 et se consolider à 4,3 % en 2024, reflétant la résilience continue du continent.

S’agissant des différentes régions du continent, le rapport prévoit ce qui suit ;

• Primo : En Afrique centrale, la dynamique de croissance devrait diminuer, passant d’une estimation de 50 % en 2022 à 4,9 % en 2023 et 4,6 % en 2024.

Secundo : En Afrique de l’Est, la croissance devrait se renforcer passant de 4,4 % en 2022 à 5,1 % en 2023 et 5,8 % en 2024.

À l’exception du Soudan du Sud, la croissance devrait augmenter dans tous les pays de cette région en 2023, sept d’entre eux devraient atteindre une croissance du PIB de 5% ou plus.

Tertio : En Afrique du Nord, la croissance devrait passer de 4,1 % en 2022 à 4,6 % en 2023 et à 4,4 % en 2024.

Quarto : En Afrique australe, la croissance devrait ralentir de 11 points de pourcentage, passant
d’une estimaton de 2,7 % en 2022 à 1,6 %
en 2023. Toutefois, avec des interventions des
politiques appropriées, la crossance pourrait remonter à 2,7 % en 2024.

Quinto : En Afrique de l’Ouest, elle devrait passer d’une estimation de 3,8 % en 2022 à 3,9 % en 2023 et 4,2 % en
2024.

En vue de l’atteinte des objectifs et de prévisions sus-évoquées, les experts de la BAD restent cependant rigoureux dans leurs recommandations.

Dans cette optique, ils appellent les pays africains à renforcer les systèmes d’appui à la gouvernance et de reddition des comptes afin de s’assurer que
les fonds tirés du financement privé génèrent l’impact attendu et maximal pour la croissance verte.

Les pays africains, insistent les experts de la BAD, devraient mettre en place des véhicules de financement mixte normalisés à l’échelle nationale qui offrent des rendements attrayants.