+26
°
C
Max:+29
Min:+19
Mar.
Mer.
Jeu.
Ven.

La 46 ème assemblée plénière des évêques du Cameroun s’est tenue du 11 au 17 avril dernier à Mvolye, siège de la Conférence Épiscopale Nationale du Cameroun, présidée par l’archevêque Métropolitain de Yaoundé, Son Exc. Mgr Jean MBARGA dans un esprit de fraternité et de convivialité ecclésiastique.

Six jours d’intenses travaux, près de 13 commissions et un conseil pour les affaires économiques ont permis de reclarifier la position de l’église catholique du Cameroun dans un contexte difficile, celui de la disparition de l’éminence le Cardinal Christian Tumi. De nombreuses prises de paroles, notamment celles très remarquées des évêques Abraham Kome de Bafang, Dieudonné WATIO, évêque émérite de Bafoussam, du Cardinal PAROLIN, secrétaire d’État auprès de sa Sainteté le Pape François, du nonce apostolique au Cameroun et en Guinée Équatoriale Julio MURAT.

Il en ressort aussi de cette 46 ème assemblée de nombreuses nominations, une dizaine au total. Rencontre avec le nouveau Contrôleur Général, l’abbé Emmanuel Thaddée ABENA, titulaire d’un MBA en Audit et Contrôle de Gestion.

Pour le nouveau prêtre et Contrôleur Général, quel est votre sentiment alors même que les membres des 9 autres commissions sont des évêques ?

C’est avec crainte et tremblement que j’accueille ma nomination car comme vous l’avez bien constaté, la conférence épiscopale nationale du Cameroun est l’association des Évêques et ces derniers ont jeté leur dévolu sur ma pauvre personne pour les accompagner dans la maîtrise de leur gestion financière. Quelle confiance ?

Prêtre et contrôleur des Évêques ? C’est un peu cela sans exagération. En fait, j’aurai à la fois le contrôle des services de la CENC et des commissions épiscopales dont les présidents sont les Évêques.

Je compte exercer ma charge avec abnégation et compétence technique ( adossé à mon MBA Audit et Contrôle de Gestion) mais aussi en m’appuyant sur les valeurs morales que promeut l’Église ( suis Prêtre)…Cependant comment ne pas évoquer les valeurs familiales de service désintéressé et de “sacerdoce ” reçus de grands commis de l’Etat reconnus comme tels et pour ne pas les citer, Hubert Claude ABENA, Catherine E. ABENA….et les autres ABENA de cette lignée…

Au regard des enjeux poursuivis, quels objectifs se fixe-t-ont?

Comme objectifs poursuivis on peut citer trois principaux :

1- Aider les Évêques à ” faire les choses dans les règles de l’art “. Il est reproché aux hommes d’Eglise de négliger les règles de bonne gestion et de gérer les diocèses ou les paroisses comme des épiceries familiales…

2- Proposer aux Évêques des projets et des techniques de gestion des projets pour assurer l’autonomie financière de la CENC avec des répercussions certaines dans les diocèses ;

3- Contribuer à redonner à la CENC une image reluisante au sein de la société civile camerounaise et dans ses rapports avec l’Etat du Cameroun.. l’Église reçoit des dons et subventions dont il va falloir davantage rendre compte de l’utilisation..