+26
°
C
Max:+29
Min:+19
Mar.
Mer.
Jeu.
Ven.

Sauf cas contraire, le Sommet des  chefs d’Etat de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale se retrouveront en août prochain à Yaoundé autour de Paul BIYA, Président en exercice de la CEMAC.

Ce sommet portera essentiellement sur les enjeux économiques. Pour l’année 2021 la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC) table sur un taux de croissance du Produit intérieur brut (PIB) réel de 1,3% contre-1,7% en 2020, une légère hausse des tensions inflationnistes à 2,7%, contre 2,4% un an plus tôt, soit un PIB de -2,9% en 2021 contre-3,1% en 2020.

Si en 2016, le sommet des chefs d’Etat avait principalement pour but la réaffirmation de la volonté de disposer d’une monnaie stable et forte alors que le spectre d’une dévaluation planait sur le Franc CFA – d’où la signature avec le Fonds monétaire international (FMI) des accords de financement ayant débouché sur la Facilité élargie du crédit (FEC)-, il est davantage question cette année de puiser dans les vertus de la solidarité régionale pour faire face aux crises exogènes.

Les chefs d’Etat pourraient également donner un signal fort sur la mise en œuvre du Programme des Réformes économiques et financières de la CEMAC (PREF-CEMAC) qui a permis le rétablissement des fondamentaux macroéconomiques, indique-t-on. La table ronde des investisseurs en novembre 2020 à Paris a permis de collecter 3,8 milliards d’euro,  soit, 2 492,6 milliards de FCFA pour le financement d’une dizaine de projets intégrateurs en zone CEMAC. Des actions qui participent dans la résilience économique de l’Afrique centrale cela d’autant plus que les pays de la Communauté économique et monétaire d’Afrique centrale (CEMAC) sont loin de sortir de la récession.